Bouton ouvrir/fermer
FR EN
En français FR In English EN

J’aurais pu penser que l’année de ma naissance, 1968, allait faire de moi un contestataire, ou un révolutionnaire aux idées bien arrêtées. Que nenni, je suis un homme ordinaire qui chaque jour s’efforce d’être la meilleure version de lui même.

Une jeunesse ordinaire, des copains, et des journées rythmées par l’école et les repas en famille. Je suis issu d’une famille d’un premier mariage de 4 enfants dont je suis le troisième.

 

A l’âge de 9 ans, par un réveil en sursaut en pleine nuit, je ne me doute pas encore que ma vie ne sera plus jamais la même. Je viens de perdre ma mère.

Vivre sans sa mère opère un changement radical et marque cette période par une perte totale de repère qui va se traduire par un manque certain de confiance en moi. Une certaine timidité me gagne. Je vais commencer à vivre avec des passages incessants de symptômes aussi désagréables qu’insupportable comme : des palpitations, des sècheresses buccales et des rougeurs à chaque fois que je dois parler. Je me sens régulièrement désarçonné, mais je m’efforce tout le temps de le cacher. 

Mon cercle familiale change, mes amis changent et mon environnement change. Je grandis avec cette croyance limitante que je suis fragile. 

A 15 ans, je découvre l’univers du théâtre. Fasciné par la beauté des textes, par l’univers de l’interprétation, je découvre qu’il nous est possible de devenir quelqu’un d’autre. Lors d’un festival inter-scolaire, je découvre la scène pour la première fois, le public, les coulisses, les éclairages, une vie de troupe réunissant des gens passionnés qui s’évertuent à donner du bonheur aux autres. Transmettre un texte, une idée, un message. Oui ça me plait et je sais alors que le théâtre partagera ma vie.

1985, je vais pour la première fois changer volontairement mon environnement et je tente une sortie radicale de ma zone de confort. Je quitte ma famille et je m’engage dans l’univers militaire, en quête d’un besoin de découvertes, d’aventures, de camaraderies et d’affranchissement.

J’y passerai 6 années. Mais ma volonté de dépassement de moi ne s’arrête pas là, je choisis un corps d’élite où la sortie est plus aisée que l’entrée, où la vie peut vite devenir un fardeau si l’on montre la moindre de ses faiblesses. Ce fut l’une des histoires émotionnelles des plus marquantes de ma vie, et la plus sportive aussi.

1994, changement radical d’univers. Ma quête du renforcement de ma confiance en moi en passant par la scène, me pousse à découvrir le monde festif du « club méditerranée ». Cabaret, show, café théâtre, danse, rencontres extraordinaires de gens libérés, en vacances sont les ingrédients qui renforcent un peu plus ma confiance en moi. Chaque jour un public conquit, cette expérience est un véritable ancrage émotionnel. Je confirme donc une véritable passion : La scène.

1996, je rentre dans un cours privé de théâtre pour devenir un comédien « professionnel ». Mais à l’issu de celui-ci, confronté à la dure loi des castings, le doute se réinstalle petit à petit. Suis-je un bon comédien ? peut-on vraiment vivre de sa passion ? vais-je faire carrière ? Ce doute entache la confiance que j’avais acquise pendant des années et en quelques mois je redeviens l’enfant fragile. 

Mais le chemin déjà parcouru n’est pas si vite oublié et je résiste sans cesse à cet appel du manque vers celui de l’abondance. Parfois je lutte, parfois pas … 

A cette période, je découvre le clown de scène et commence à me construire mon personnage de scène. Telle deux compères, nous partageons chaque minute de ma vie.

Mais un élément marquant va une nouvelle fois changer la donne. Je rencontre celle qui va devenir mon épouse et la mère de mes enfants. Nous aurons 3 filles toutes aussi belles les unes que les autres. Nous décidons de descendre dans le sud de la France où je retrouve mes racines. Décidé de prendre mon rôle de Père à bras le corps, je construis un royaume familial et crée bien malgré moi plusieurs sociétés. Une âme d’entrepreneur cachée fait surface et ce pendant de nombreuses années et il me semble bien que la confiance en moi soit depuis de mise.

Bien entendu, cette fois-ci, l’excès de confiance va me jouer des tours et quelques échecs vont suivre. Cette période est vide de scène, et souvent vide de sens. Mais l'échec est un tremplin au changement, et je sais que rien n'est jamais figé.

Alors en 2015, face au manque que je perçois dans ma vie, je décide de reprendre la scène, le clown. Je partage alors mon temps entre Nice et Paris et cumule mes emplois de « chef d’entreprises » et de comédien. Cette période est intense, chargée d’émotions retrouvées. 

La scène redevient une obsession au point de vouloir y dire des choses importantes. Je décide donc de me lancer dans un seul en scène sur le thème de l’homme ordinaire pendant la seconde guerre mondiale. Pendant les répétitions, me vient la nécessité de prendre la scène pour transmettre des messages importants. Je me tourne donc aussi vers le monde de la conférence. Désormais, je mets aussi mon énergie et ma connaissance de la scène au service du monde qui s’intéresse à cette discipline. Aujourd’hui j’ai beaucoup à dire, à raconter, à partager. En attendant d'acquérir le savoir du conférencier, l'acteur que je suis continue la scène avec la MILLIEME NUIT. The show must go on !!

 

 

Site référencé sur Agence artistiques
Site administré par Wistal
@2009 - 2018 CC Communication CC.Communication